Retour de couches : les règles arrivent rapidement après l’accouchement

Vous venez d’accoucher et après l’interruption des lochies (saignement post-accouchement), vous constatez un autre écoulement de sang ? Pas de panique, vous avez certainement votre retour de couches. Mais entre mythes et réalité, comment prévoir l’arrivée du retour de couches ?

Comment interpréter le retour de couches ?

Pour comprendre à quoi correspond le retour de couches, il faut revenir à la source. Lorsqu’une femme accouche, le taux d’hormones dans son corps est élevé, et notamment celui de l’hormone qui conduit à la lactation : la prolactine. Il est important de savoir que plus le bébé tète le sein et plus cette hormone se produit. Les seins vont alors augmenter leur production de lait. Après la tétée, d’autres hormones, la progestérone et la folliculine, sont libérées et permettent de calmer le rôle de la prolactine. Le lait attend alors patiemment jusqu’à la prochaine tétée. Il faut aussi savoir que la prolactine est l’hormone responsable de l’interruption du cycle de la femme. Ainsi, durant la période de l’allaitement, la femme ne peut théoriquement pas tomber enceinte. En théorie, seulement !

Quand faut-il s’attendre au retour de couches ?

Avant de constater le vrai retour de couches, il se produit ce qu’on appelle le “petit retour de couches”. Cette période se caractérise par un écoulement plus abondant à partir du 12e jour après l’accouchement. Cependant, le retour de couches qui symbolise la reprise de vos règles et du cycle, dépendra de l’allaitement. En l’occurrence, sans allaitement, le retour de couche arrive 6 à 8 semaines après l’accouchement. Pour un allaitement régulier, il peut arriver 3 mois après l’accouchement ou à la fin de l’allaitement. Mais là encore, c’est de la théorie. En effet, selon que vous allaitiez exclusivement ou non, mais aussi selon les fréquences des tétées, le retour de couches mettra plus ou moins de temps à arriver. 

Bon à savoir 

Si vous ne voulez pas tomber enceinte immédiatement après votre accouchement, il est important de prendre une contraception dès la reprise des activités sexuelles. Les idées reçues qui confondent une femme allaitante avec une femme non-fécondable, ne sont pas à suivre. Même s’il n’y a pas de saignements mensuels, il peut y avoir ovulation. Vous pourrez opter pour une pilule compatible avec l’allaitement, ou des préservatifs en attendant que l’utérus et l’appareil génital reprennent leur forme initiale. 

Partagez ce contenu avec vos contacts

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur pinterest
Pinterest
Partager sur email
Email
Partager sur whatsapp
WhatsApp
Partager sur digg
Digg

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *