Peut-on être enceinte et avoir ses règles ? Voici nos découvertes

Entre la période de la puberté jusqu’à celle de la ménopause, la femme a des saignements menstruels tous les mois. L’absence de ces menstruations est généralement le signe d’une grossesse. En effet, en cas de grossesse, la Gonadotrophine Chorionique Humaine est alors produite par l’organisme, ce qui a pour conséquence l’arrêt du cycle menstruel de la femme. Mais comme à toute règle il peut parfois y avoir une exception, il a été remarqué chez certaines femmes, l’arrivée des menstruations ou règles, malgré un état de grossesse. Cela peut-il être possible ? Toutes les réponses dans cet article.

Le cycle menstruel de la femme

Avant d’évoquer quelques raisons qui expliquent le fait, chez la femme, d’être enceinte et d’avoir ses règles, il s’avère important de comprendre ce qu’est le cycle menstruel.

À l’adolescence se fait sentir, la majorité des filles ont leurs premières règles. Cela constitue une affirmation de leur féminité et une évolution vers la phase adulte. Chez certaines filles, c’est en moyenne à l’âge de 13 ans qu’apparaissent les premières règles. Alors que pour d’autres, elles peuvent arriver beaucoup plus tôt ou bien plus tard.

Chez la femme, ce sont ces règles qui caractérisent le début et la fin du cycle menstruel. L’objectif principal de ce dernier est d’aider le corps de la femme à se préparer à une grossesse. Chaque mois, l’utérus est conditionné pour recevoir un ovule fécondé. Un tissu appelé endomètre est alors fabriqué par l’utérus. Si à ce cycle aucun ovule n’est fécondé, l’utérus éliminera l’endomètre après l’ovulation.

Cela entraîne un écoulement sanguin vaginal qui peut avoir une durée de 3 à 7 jours, selon chaque femme. C’est cet écoulement sanguin vaginal qui constitue les « règles » ou « menstruations« . Un cycle naturel se termine et un autre débute dès le premier jour des règles. En moyenne, un cycle menstruel a une durée de 28 jours.

Les règles en début de grossesse

Certaines femmes peuvent effectivement tomber enceinte et continuer à avoir leurs règles. Il s’agit de règles qui réapparaissent chez la femme au moment où elle aurait normalement dû les avoir, si elle n’était pas tombée enceinte. Ces règles peuvent être prolifiques ou infimes. On les appelle les « règles anniversaire ».

Ces « règles anniversaire » n’ont rien à voir avec les règles du cycle normal de menstruation. Non seulement elles arrivent rarement, mais aussi, les raisons de leur présence sont difficiles à expliquer de manière précise. Lorsqu’elles apparaissent chez la femme, cette dernière ne réalise pas immédiatement qu’elle est enceinte. Chez d’autres femmes, c’est même la source de peur d’une fausse couche, après un test de grossesse qui s’est avéré positif.

Toutefois, il faut dire que les « règles anniversaire » ne sont pas vraiment incommodantes. Elles peuvent arriver juste au début de la grossesse et même des mois plus tard, dans certains cas.

Le phénomène du déni de grossesse

Le déni de grossesse est une autre raison qui explique le fait que la femme enceinte continue à avoir ses menstruations. Il s’agit d’un phénomène inaccoutumé durant lequel la femme ne réalise pas qu’elle est enceinte et cela, de manière consciente ou inconsciente. Elle subit un déni psychique très poussé, à tel point que son corps refuse catégoriquement cet état.

Le déni de grossesse se subdivise en deux situations : le déni partiel qui se termine avant l’accouchement et le déni total qui va jusqu’au bout de la grossesse. Généralement, les femmes en situation de surpoids sont plus frappées par ce phénomène.

Durant le déni de grossesse, la femme n’est pas frappée de nausées, son ventre ne grossit pas comme il se doit, et elle continue à avoir ses règles comme si son cycle menstruel ne s’était jamais interrompu. Parfois, elle ne rend compte de son état de grossesse que lors de l’accouchement.

Le déni de grossesse est une situation étonnante. Dans la plupart des cas, un déni de grossesse a des raisons psychologiques, et est très difficile à vivre par les personnes qui en souffrent.

Un cycle menstruel désordonné

Un cycle menstruel désordonné ou irrégulier peut également permettre de comprendre le fait qu’une femme enceinte continue d’avoir ses règles. Comme expliqué plus haut, normalement chez la femme, les règles apparaissent tous les mois environ, entre la puberté et la ménopause. C’est le cycle menstruel normal.

Lorsqu’il s’agit d’un cycle menstruel désordonné, celui-ci se voit soit écourté, soit allongé. Lorsque le cycle est prolongé, il peut coïncider avec un état de grossesse chez la femme. En effet, celle-ci peut faire partie de la catégorie de femmes qui possèdent des ovaires qualifiés de « polykystiques ». Cela entraîne un cycle très irrégulier, et l’ovulation n’a donc pas lieu tous les mois, comme il se doit.

Un tel cycle ne permet donc pas à la femme de savoir si elle est enceinte ou non, car l’irrégularité du cycle empêche des calculs exacts. Dans ces situations, la femme peut faire un déni de grossesse, car elle pense qu’elle n’est pas fertile. Dans d’autres cas, c’est un examen de santé, fait au hasard ou pour une tout autre raison, qui permet de révéler la présence d’une grossesse.

Les précautions à prendre

Après un rapport sexuel sans protection ni méthodes de contraception, la femme a de fortes chances de tomber enceinte. Alors, il est important de prendre les mesures afin d’éviter toute surprise.

La première chose à faire lorsque l’on soupçonne la présence d’une grossesse, c’est le test de grossesse. Ce test est important et permet d’être fixé en attendant un rendez-vous avec le médecin. Une fois que l’état de grossesse est confirmé, il faudra être en lien direct avec un spécialiste (médecin, gynécologue) pour réaliser les examens médicaux nécessaires au bon déroulement et au suivi approprié de la grossesse.

Dans le cas où le test de grossesse ne révèle pas la présence d’une grossesse et que la femme a toujours des doutes sur son état, elle devra rester en contact avec un praticien. Divers examens et tests pourraient être réalisés : palpation de l’abdomen, échographie pelvienne, examen du col de l’utérus, etc. Cet ensemble de tests permettra d’attester de la spécificité des règles. L’on pourra ainsi déterminer s’il s’agit de « règles anniversaires » ou pas, entre autres.

Tomber enceinte et continuer à avoir ses règles est donc une éventualité réelle. Pour éviter des situations incommodantes ou même graves (déni de grossesse, dépression, mauvais suivi de la grossesse, etc.), il vaut mieux se faire suivre par un médecin spécialisé en la matière.

Partagez ce contenu avec vos contacts

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur pinterest
Pinterest
Partager sur email
Email
Partager sur whatsapp
WhatsApp
Partager sur digg
Digg

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *